mardi 7 février 2012

Atteindre l'équilibre

Nouveau PTI pour 2012, Richard Goulet a choisi de maintenir la dette à niveau tel que je le recommandais dans ma lettre d'opinion.  Je suggérais d'étudier un scénario où la dette resterait stable et de couper 10M $ des immobilisations de l'emprunt de 20 M $ et d'augmenter le taux de taxes de 10¢ (soit 5 M $ dans les coffres de la Ville).  Richard Goulet a choisi de couper 15 M $ et de ne pas augmenter les taxes.  D'ailleurs il aurait été quasi-impossible d'augmenter les taxes puisque les comptes de taxes étaient déjà à la poste.

Alors, j'ai ajusté l'horloge de la dette avec les nouveaux chiffres.  La dette passe de 83,8 M $ (au 31 décembre 2011) à 83,4 M $ (au 31 décembre 2012).  Bonne nouvelle, ça diminue légèrement.  Mais, attendez!  Lors du dernier budget, j'avais demandé quelle était la dette au 31 décembre 2011 et on m'avait répondu 79,5 M $.  D'où vient le 4,3 M $ supplémentaire?  J'ai posé la question à M . Renaud après la séance du conseil.  Ces chiffres ne sont que des approximations.  Le véritable chiffre, nous le connaîtrons lors du dépôt des états financiers, qui devrait se faire au mois de mai.

Projets prioritaires?

Apparemment, plusieurs projets qu'on nous présentaient comme étant des nécessités pouvaient être reportés.  En cherchant, on a fini par trouver.  La raison pour laquelle je suggérais de couper seulement 10 M $, c'est que dans mon estimation je gardais tous les projets d'infrastructures de rues que je croyais être tous prioritaires.  Richard Goulet a choisi d'en couper quelques uns:  Ceux étant dans les quartiers de M. Bonin et Mme Jenneau ne sont apparemment pas prioritaires!  Drôle de coïncidence, n'est-ce pas?

Faire une coupe aussi massive dans le budget ne sera pas une solution à long terme.  Il faudra nécessairement augmenter les taxes (ou réduire les dépenses courantes, si possible) pour compléter les projets pour le bon maintien des immobilisations de la Ville.  Vous pouvez compter sur Richard Goulet pour se servir de ce même argument pour nous convaincre qu'il faudra nécessairemment augmenter la dette.

Mais pensez à ceci:  Si nous avions gardé tous les projets d'infrastructures de rues dans les quartiers de M. Bonin et Mme Jenneau, nous aurions été obligé d'aller chercher un 10¢ supplémentaire sur le compte de taxes.  Or, en 2012, 16¢ sont nécessaires pour rembourser la dette dont 6¢ pour les intérêts seulement.  Cet argent nous l'aurions si on aurait payé comptant durant les 5 dernières années et nous aurions pu payer comptant si on aurait fait des budgets où les priorités et les taux de taxes auraient été analysés avec un sérieux similaire à celui qu'on a présentement.

L'équilibre

Mais souvenez de ce budget 2012:  Aujourd'hui nous maintenons la dette stable et pourtant nous avons perdu toute la marge de manoeuvre pour faire des investissements, même après avoir fait tant de dépenses dans les 5 dernières années.  Si vous augmenter la dette à 100, 150 ou 200 M $, vous aurez exactement le même problème avec des répercussions un plus grave car vous aurez à payer un peu plus d'intérêt sur la dette.  Et n'oubliez pas que les taux d'intérêts sont bas.  Augmentez les taux d'intérêts sur notre dette de 83 M $ et, même stable, notre pouvoir d'achat sera diminué encore plus.

Je vous présente en rappel les commentaires de M. Mailhot à propos de cet équilibre que nous étions sensé approcher:

video

Ces propos, il les tenait le 5 décembre dernier.  L'équilibre dont il parle, nous le vivons présentement à l'exception qu'au lieu d'emprunter 15 M $ et rembourser 15 M $, on emprunte 5 M $ et rembourse 5 M $.  Cet équilibre, comme on le voit aujourd'hui, on peut choisir de l'établir au niveau de notre choix.  Plus la dette sera grande, plus les montants de ce qu'on emprunte et rembourse seront grands.

Lorsque la dette se stabilise, c'est-à-dire que nos emprunts égalent nos remboursements, on n'a plus le choix, il faut augmenter les taxes ou se priver de façon excessive.    Je vous conseille de lire ou relire une image vaut mille mots pour bien comprendre ce qui se passe présentement.

Plus la dette sera grande, pire se sera; Plus les taux d'intérêts augmenteront, pire se sera.

17 commentaires:

  1. Une firme pseudo indépendante qui va avaliser l'endettement préconisé par le Maire, on n'en a pas besoin. Ce qu'on a besoin c'est le gros bon sens de la population qui s'est manisfesté 2817 fois récemment.Quand le maire dit "on va prendre une pause" c'est exactement ce qu'il veut dire et préparer vous à un cocktail d'excuse pour continuer son administration dévastatrice. Bravo Monsieur Bonin et merci de nous avoir réveillé.
    Bravo à ceux qui en parle de la dette, vous n'êtes pas démagogique, contrairement aux prétentions du maire vous êtes réalistes.
    Et ne pensez surtout pas, que le maire qui feint d'avoir compris le message est sincère. Il a eu la chienne de sa vie politique et savait pertinamment bien qu'allé au référendum était suicidaire et que lui est sa gang de plantes vertes passeraient au bout du pont et que les gens fort de leur victoire voudraient la répéter aux prochaines élections.

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, cette pause d'endettement sera bien accueillie par la majorité des gens de la ville. N'oublions pas que durant l'année en cours, beaucoup d'évènements risquent de déstabiliser l'économie mondiale et par répercussion l'économie des pays et des villes. Ça permettra de voir venir et de mieux s'ajuster. Dites-moi, j'ai remarqué que vers la fin de l'assemblée, la ville a effectué un emprunt temporaire de 40 millions afin de payer les dépenses courantes. Ce n'est pas la première fois qu'elle fait cela mais le montant me semble énorme. Pouvez-vous m'expliquer brièvement pourquoi la ville a besoin de faire ce gros emprunt. Est-ce une façon de faire normale et courante ailleurs? Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Surprise ! Les travaux dans le quartier de monsieur Bonin, ex-responsable de finances, sont remis à plus tard. Du vrai Richard Goulet, revanchard à son meilleur. Parlez en à Monsieur Duchesneau qui doit patienter des années avant que ses projets soient adoptés et encore la au prix de quelles pirouettes et exigences tout aussi farfelu les unes que les autres. Pourtant le fils du maire à réussi à l'intérieur de 6 mois à faire changer le zonage pour son complexe, faire adopter un règlement d'emprunt et y amener les services municipaux.
    Il ne faut pas se mettre dans le chemin du maire car on en paie le prix, j'en sais quelque chose et les journaux locaux et régionaux le savent très bien eux aussi alors ne vous attendez pas à ce qu'ils critiquent leur gagne pain. On est seul et on devra se battre seul jusqu'au prochaines élections municipales. A moins que Quebecor vienne nous donner un coup de main. Tient qu'elle bonne idée !

    RépondreSupprimer
  4. Les élus et les fonctionnaires municipaux asservis aux élus ne devrait tout simplement pas faire parti du comité, après tout ce sont eux qui nous ont mis la situation dans laquelle nous pataugeons présentement. Quant à l'expert, probablement une firme de comptable déja sur le payroll de la ville ou qui rêve de le devenir, je n'en ai rien à foutre et ses conclusions sont prévisibles: " on est dans la moyenne des villes comparables " Or, ce n'est plus le temps de suivre les autres, c'est le temps de se distinguer.
    Analyser l'endettement, et la facon de la rembourser, qu'elle bonne idée mais on aurait du y penser avant et pas besoin d'expert pour ca, parlez en aux pères et mères de famille qui eux ne peuvent piger dans la poche du voisin ( payeur de taxe ) pour équilibrer leur budgert et limiter leur endettement.

    RépondreSupprimer
  5. Attention, monsieur qui met en doute la rigueur de nos journaux locaux. Préparer vous à avoir toute une sortie du bloqueur du quotidien, du moins lorsqu'il en aura terminé avec la couleur du rouge à lèvre d,Andréanne.

    RépondreSupprimer
  6. Aidez-moi car là je ne comprends plus. M. Goulet avait promis aux citoyens victimes de refoulement d'égoût l'été dernier de devancer les traveaux des secteurs St-Charles, Grove et St-André. Avec le nouveau PTI 2012, ces travaux ne sont plus prioritaires, par contre la façade de la Ruche l'est. Sa hargne personnelle contre les conseillers Bonin et Jenneau est plus forte que le bon sens et le bien commun des citoyens victimes de ces refoulements.

    Quand aurons-nous un maire qui gouvernera la ville en fonction de l'ensemble des payeurs de taxes et qui sera capable de distinguer l'essentiel de l'accessoire?

    Finalement il vient de donner raison au conseiller Bonin qui pestait contre l'endettement accéléré de la ville. Fera t'il partie des conseillers invités à joindre le comité qui examinera la gestion de la dette?
    Les citoyens en seraient sûrement rassurés.

    RépondreSupprimer
  7. @Anonyme Feb 7, 2012 04:49 AM

    Il est effectivement normal de faire des emprunts pour payer des dépenses courantes. À savoir si le montant est «trop élevé», ça dépend de la situation et ça n'a pas vraiment d'importance car ces emprunts sont fait selon un principe de «marge de crédit» qui doit être remboursée d'ici la fin de l'année.

    Il faut comprendre que la Ville ne recevra le premier chèque provenant des comptes de taxes que le 20 février. Elle doit tout de même payer ses employés, comptes d'électricité et autres dépenses courantes.

    Le fait qu'on a besoin de si grands montants démontre qu'il n'y a pas de grands surplus dans lesquels on peut piger. Mes sources à l'interne me disent qu'on court après l'argent en ce moment à la Ville et un tel comportement tente à leur donner raison.

    RépondreSupprimer
  8. Merci M. O'Breham! Espérons que cette situation de "racler les fonds de tiroirs" amènera une réflexion au sujet de la prévoyance que doit démontrer l'équipe administrative de la ville. Gageons que tous en verront la pertinence sauf... "tu sais qui" comme on dit dans Harry Potter.

    RépondreSupprimer
  9. @Denny O'Breham - Le 16 janvier dernier ils ont voté un emprunt temporaire de 10 M$ afin de payer les dépenses courantes. Donc, des emprunts temporaires de 50 M$ déjà ?

    RépondreSupprimer
  10. @Anonyme Feb 7, 2012 09:04 AM

    J'ai revisionné les séances publiques en question. L'emprunt temporaire de 10 M $ du 16 janvier est effectivement pour les dépenses d'administration en attendant les paiements des comptes de taxes.

    L'emprunt temporaire d'hier est pour les dépenses d'immobilisations en attendant la fin des travaux. Car on ne peut pas faire un emprunt à long terme tant que les travaux ne sont pas terminés (et que, donc, on en connaît tous les coûts). Ce n'est pas un emprunt de 40 M $ comme tel, c'est une autorisation pour augmenter la limite de la «marge de crédit» de 20 M $ à 40 M $. À la fin de 2011, la dette déja empruntée était de 59 M $ et, en incluant les travaux en cours, on estimait la dette à 79 M $ (soit 20 M $ de différence à combler par les emprunts temporaires). Hier, on apprenait que la dette estimée était de 83,8 M $, alors on voit qu'on dépasse les 20 M $, d'où le besoin d'augmenter la limite.

    Pourquoi 40 M $? Je ne saurais le dire. Personnellement, ça m'inquiète peu. Ce ne sont que des détails administratifs qui ne réflètent en rien la santé économique de la Ville.

    RépondreSupprimer
  11. Beaucoup de Granbiens se posent la meme question pourquoi un emprunt de40 millions à la dernière assemblée du conseil alors qu'un emprunt de 10 millions ont été votes a la séance precedante .Bizard cela cache quoi ,il y a quelque chose qui nous échappe ,,???? Le manège du maire dans son volte-face sur son plan triennal demeure évidant :créer un comité des finances avec des conseillers des fonctionaires et des suposés spécialistes des finances des villes .Le tout sera à la fin de démontrer aux contribuables que la ville n'est pas si endettée que les gens pensent et que le Maire Goulet peut dépenser encore allégrement .Avez-vous remarqué qu'il n'a jamais dit qu'il abandonnait son projet de place publique ou quelqu-autre projet .Goulet savait pertinament qu'un referendum sur la place publique était perdu voila pourquoi il a reculé ..Le Maire et ses moutons de panurge ont dit oui oui au budget pour dire non non par la suite pourquoi avoir enlevé les finances au conseiller Pascal Bonin pour faire exactement ce qu'il proposait ,????

    RépondreSupprimer
  12. Au précédent... Oui! Les tactiques de notre conseil (i.e. de notre maire) sont devenues naïvement prévisibles: "il veut emprunter un autre chemin pour arriver au même endroit". Sauf que les citoyens se réveillent et viennent de lui donner une belle leçon de solidarité et de force en s'opposant au pouvoir unilatérale de ce conseil visiblement manipulé. Gardons l'oeil!

    RépondreSupprimer
  13. M. O'Breham, j'ai bien apprécié votre lettre d'opinion de ce matin et particulièrement les deux dernières phrases qui m'ont bien fait rire. Une chose est certaine pour moi; je ne ferais certainement pas confiance à ce M. Beauregard pour l'achat d'une voiture. Son aveuglement déséquilibré dans "l'endettement à toutes sauces" qu'il nous répète obstinément dans ses lettres d'opinion, me fait m'éloigner de ce genre de personnage.

    RépondreSupprimer
  14. Milles MERCI
    ,M.O'BREHAM de nous informez sur la mauvaise gestion de ce conseil ,nous sommes avec vous.

    RépondreSupprimer
  15. A lire dans l'express:Un fleuron de l'incubateur industriel en faillite.
    M. O'breham ayant lu plusieurs de vos blog et suivie les nombreuses interventions au conseil de M.Bonin, je me pose beaucoup de question sur le citig et sa gestion.Il y a un mois M. Limoge quittais ses fonction, la ville a engagé un aide accompagnateur pour 25 milles de plus par ans. M. Bonin nous avait démontré que le coûts de financement de 4M$ n'auraient jamais dû être payé par les citoyens, et que les coûts annuelle du citig et du cime sont de 1M$ par an.

    Dans l'article de l'express le président de parabox nous dit " En fait,les coûts de développement auraient été beaucoup plus onéreux que ce à quoi s'attendaient les entrepreneurs"

    Ce qui amène à plusieurs questions sur la valeurs des amies du maire pour la gestion du citig et du cime ( qui eux ont fait acheter un terrain en face du citig pour 1/4 de millions récemment.
    Le citig multiplie gaffe après gaffe et personne ne semble sans soucié! J'aimerais bien avoir votre analyse sur le sujet, dans un blog.

    Finalement, quand le citoyen regarde les gaspillages de fond public comme le pont hacket,le golf miner le parc Louis-Choinière et le citig...etc et la cure minceur de la ville je me dit que peut importe les volte-face de goulet dans le future ses erreurs passées nous devrons tous les payer.

    RépondreSupprimer
  16. au précédent.

    A la lecture de l'article de l'Express sur lequel vous avez attiré mon attention, je comptabilise qu'il y a eu près de UN MILLION de fonds publics, donc de mon argent, investi dans cette entreprise et il m'est tout a fait innacceptable que personne n'ait à rendre compte de ce gachi.
    Commencons par chez nous et que CITIG retourne l'appel du journaliste !

    RépondreSupprimer
  17. http://fier.cimecapital.com/

    « Ces fondateurs sont messieurs Mario LIMOGES, Roland CHOINIÈRE et Mario GARIÉPY.

    Le FIER Montestrie Capital est une société en commandite que dirige monsieur Mario Limoges, président du Groupe commanditaire Montestrie Capital.

    Le commandité CIME Gestion du Fier Montestrie Capital a confié à Capital et Innovation de la Montestrie Économique la gestion courante des investissements en portefeuille et l'analyse des projets. (CITIG - Incubateur Industriel)

    http://cimecapital.com/fr/conseil-de-direction.php

    Le conseil d'administration de CIME Inc. est actuellement composé de:

    •Monsieur Louis NORMANDIN, CA, président
    •Monsieur Éric NADEAU, vice-président
    •Monsieur Roland CHOINIÈRE, vice-président
    •Madame Nicole JACQUES, trésorière
    •Monsieur Vincent MÉNARD, secrétaire
    •Monsieur Mario LIMOGES, directeur général
    •Madame Sylvie GIGUÈRE, administratrice
    •Monsieur David DUPONT, administrateur
    •Monsieur Sylvain PERRON, administrateur
    •Monsieur Sylvain LAMBERT, administrateur
    •Madame Lise FAUCHER, administratrice
    •Monsieur RICHARD GOULET, observateur


    PARABOX – Incubé – Incubateur Industriel »
    Liste des créances sans garantie:
    CITIG 10 230$
    Centre d'aide aux entreprises 224 500$
    FIER Montestrie 267 500$
    CLD Haute-Yamaska 75 000$

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.